Justine Picardie

  • 01 août 2012
    Par Justine Picardie
    COCO ET MISIA <BR />PAR JUSTINE PICARDIE

    COCO ET MISIA
    PAR JUSTINE PICARDIE

    Extrait du livre : CHANEL – SA VIE (Publié par STEIDL)

    « Misia – qui était si célèbre à l’époque que le Tout-Paris la connaissait sous son prénom – rencontrera Chanel en 1917. Fascinante et capricieuse, Misia est alors « la reine de Paris », une muse qui règne sur le monde artistique depuis sa jeunesse et dont tous les verdicts sont suivis par une cour attentive. « J’admire chez Misia cette joie de vivre qui se dissimule sous une mauvaise humeur constante, ce profond équilibre dans le désespoir », notait Paul Morand dans son journal en avril 1917. « Et puis Misia, c’est Misia, quelqu’un de sans pareil et, comme dit Proust, un monument. » Elle posa pour Renoir, Vuillard, Lautrec et Bonnard, inspira Proust et Mallarmé, fut l’égérie de Ravel et de Debussy, et un sujet de conversation sans fin entre Cocteau et Picasso. Pianiste de talent, Misia avait joué enfant des pièces de Beethoven sur les genoux de Liszt. « Ah ! si seulement je pouvais jouer comme cela ! » disait-il alors avec son charme coutumier, tout en lui prédisant un avenir éblouissant. Elle reçut ensuite des leçons de piano de Fauré qui la considéra comme un prodige. La place de choix qu’elle occupait dans les cercles artistiques parisiens se vit encore renforcée par l’amitié profonde qu’elle noua avec Serge Diaghilev, le directeur de la troupe de ballets la plus réclamée dans le monde, celle des Ballets russes. Chanel était de onze ans sa cadette et n’occupait pas dans la société parisienne une position si privilégiée. Pourtant, Misia tomba sous son charme à l’occasion d’un dîner donné par Cécile Sorel, célèbre actrice de la Comédie Française et déjà cliente rue Cambon. »

    Justine Picardie est l'auteur de cinq livres, dont ses Mémoires salués par la critique « If The Spirit Moves You », et le roman « Daphne » paru plus récemment. Ancienne directrice éditoriale chez Vogue et rédactrice du magazine Observer, elle écrit maintenant pour plusieurs autres journaux et magazines tels que le Times, le Sunday Telegraph et le Harper's Bazaar.

    Exposition : Misia, reine de Paris. 12 juin – 9 septembre au musée d’Orsay, Paris.

    Anonyme, Misia Natanson en robe noire, 1896-1897
    Contretype d’une photographie argentique, 17,4 x 23,8 cm
    Collection particulière
    © Archives Vuillard, Paris

  • 08 juin 2012
    Par Justine Picardie
    BOY CAPEL <BR/>PAR JUSTINE PICARDIE

    BOY CAPEL
    PAR JUSTINE PICARDIE

    Extrait du livre : CHANEL - SA VIE (Publié par STEIDL)

    « Il s’appelait Arthur Capel, mais ses amis, dans cette Angleterre édouardienne où les gentlemen prolongeaient longtemps la liberté de leur adolescence, le surnommaient Boy. Plusieurs légendes entourent ses origines : lorsqu'il arriva à Paris, il se murmurait qu’il était lié à l’aristocratie britannique…

    « À Pau, je rencontrai un Anglais dit Gabrielle Chanel à Paul Morand, se rappelant sa première rencontre avec Capel en 1909. » Nous fîmes connaissance au cours d’une de nos randonnées ; nous vivions tous à cheval. » Ils burent du Jurançon ensemble : le vin est « jeune, enivrant et aucunement banal - comme l’Anglais. « Le garçon était beau, très brun, séduisant. Il était plus que beau, magnifique. J’admirais sa nonchalance, ses yeux verts. Il montait de fiers chevaux et très forts. Je tombais amoureuse de lui. »

    Au début pourtant, elle et Capel ne se disent pas un mot. « Entre cet Anglais et moi, il n’y eut pas une parole d’échange. Un jour j’ai appris qu’il quittait Pau. » Elle osa alors lui demander quand partait son train. « Le lendemain, j’étais à la gare.»»

    Justine Picardie est l'auteur de cinq livres, dont ses Mémoires salués par la critique « If The Spirit Moves You », et le roman « Daphne » paru plus récemment. Ancienne directrice éditoriale chez Vogue et rédactrice du magazine Observer, elle écrit maintenant pour plusieurs autres journaux et magazines tels que le Times, le Sunday Telegraph et le Harper's Bazaar.

  • 23 mars 2011
    Par Justine Picardie
    CHANEL, SA VIE <br/>PAR JUSTINE PICARDIE

    CHANEL, SA VIE
    PAR JUSTINE PICARDIE

    Les gens me demandent souvent : « Quand avez-vous commencé à écrire ce livre sur Chanel ? » - Et la réponse est : il y a plus d’une dizaine d’années, lorsque j’ai rencontré Karl Lagerfeld pour la première fois, alors que je l’interviewais pour un magazine. On a fini par parler des fantômes du passé, ainsi que de la mode du futur ; et une des présences tangibles dans la pièce était Coco Chanel elle-même. Son portrait est toujours accroché au-dessus du bureau de Karl Lagerfeld dans le Studio de Création, son appartement est préservé au second étage, caché derrière un mur de miroirs. Et lorsqu’il est tard le soir, quand la rue Cambon est presque silencieuse, vous avez l’impression que vous pourriez entrevoir Mademoiselle Chanel en personne.

    Dès que j’ai franchi la porte pour passer dans le monde extraordinaire de l’autre côté des miroirs, j’ai su que je voulais en découvrir davantage. Karl Lagerfeld s’est avéré être un guide précieux, dans les méandres de la légende de Coco Chanel, tout comme son amie Claude Delay, et sa petite-nièce Gabrielle Labrunie. J’ai eu également la chance de découvrir plusieurs archives privées, en Angleterre et en Ecosse, qui recelaient des photos inédites de Chanel, et un nombre de lettres et de journaux intimes, qui ont donné de surprenants nouveaux aperçus de sa vie. Dans ma quête de vérité sur cette femme insaisissable, j’ai voyagé de l’abbaye d’Aubazine - avec des indices sur sa jeunesse - aux lointains Highlands écossais où elle allait à la pêche avec le Duc de Westminster et Winston Churchill.

    Quand mon livre fut terminé - non pas que l’on puisse vraiment arriver un jour à une conclusion concernant Chanel - il y avait une autre surprise à venir. Monsieur Lagerfeld me donna un trésor : une série de magnifiques illustrations illuminant l’énigme qu’est Coco Chanel, qui est devenu le point de départ de la merveilleuse nouvelle édition du livre…

    Parutions du livre :
    France, 24 mars 2011
    Allemagne, fin avril 2011
    Angleterre et États-Unis, septembre 2011