Kenneth Goh

  • 12 novembre 2013
    Par Kenneth Goh
    BLACK MAGIC <BR />PAR KENNETH GOH

    BLACK MAGIC
    PAR KENNETH GOH

    6 mois après la présentation de la Collection Croisière 2013 au Loewen Cluster, Chanel est de retour à Singapour avec l’exposition photo "La Petite Veste Noire", un classique de Chanel revisité par le duo Karl Lagerfeld et Carine Roitfeld. L’inauguration a eu lieu le 8 novembre 2013 au ArtScience Museum du Marina Bay Sands.

    Ce musée est l’un des édifices les plus originaux de Singapour. Conçue par Moshe Safdie, son architecture rappelle la fleur de lotus, dont chacun des dix "pétales" abritent différentes galeries au sein du musée.

    Après Tokyo, New York, Londres, Paris, Milan, Pékin et Shanghai, l’exposition s’installe à Singapour jusqu’au 1er janvier 2014 et propose un tout nouvel éclairage sur les photos qui ont été agrandies dans des proportions inédites et travaillées de telle sorte que couleur, texture et jeu d’ombre et de lumière se mêlent dans de saisissantes combinaisons.

    Nichés aux confins du ArtScience Museum, 3 halls d’exposition ont été transformés en un espace pour accueillir l’ensemble des 129 célébrités que Karl Lagerfeld a immortalisées pour la dernière édition de "La Petite Veste Noire" (publié en juillet 2013). Pour ce second opus, 22 nouvelles célébrités ont rejoint les 107 initialement photographiées pour la première édition, publiée en septembre 2012.

    Les photographies de Karl Lagerfeld illustrent la polyvalence et l’intemporalité de la célèbre veste de Chanel. Chaque cliché doit son caractère saisissant et singulier, d’une part aux personnalités diverses, telle Sarah Jessica Parker, portant sa veste en "couronne" ou le top model Freja Beja et sa guimpe, d’autre part à la direction artistique de Karl Lagerfeld permettant à chaque célébrité de s’approprier le vêtement, reflet d’un style propre et inimitable.

    Une des pièces les plus intéressantes de l’exposition est sans doute ce court-métrage de Yoko Ono, qui bouge au rythme de sa propre batterie et crée un rythme que seule une personne aussi libre d’esprit et excentrique peut suivre.

    L’exposition de Singapour consacre un pan de mur entier aux 22 nouvelles photos sur un écran de soie. Elles ne sont pas toutes vêtues de noir, telle Keira Knightley, ravissante en ange couture. Le top model chinois Sun Fei Fei a joué la carte de l’orient en douairière arborant une extravagante tiare festonnée de camélias Chanel, un qipao brodé d’un dragon et de redoutables griffes métalliques en hommage à l’Empire du Milieu. Le blogueur Han Huo Huo propose sa propre interprétation, sombre et mystérieuse avec une légère traînée de khôl autour des yeux. Dans une salle à part, trônent 4 portraits sur verre gravé à la flamme, un par couleur primaire. Keira Knightley en blanc céleste. Sun Fei Fei en or brillant (le jaune est la couleur des rois dans la Chine ancienne), l’actrice chinoise Zhou Xun en rouge impérial (symbole de chance et de prospérité dans la tradition chinoise) et Han Huo Huo en bleu mystérieux.

    Fabuleuse était la nuit, fantastique l’exposition.

    Kenneth Goh, Directeur de Création, Harper's Bazaar Singapour

    [plus]
  • 16 mai 2013
    Par Kenneth Goh
    CROISIERE 2013/14 <BR />PAR KENNETH GOH

    CROISIERE 2013/14
    PAR KENNETH GOH

    Si, pour le lancement de la collection Croisière 2013 de Chanel, l'idée de Karl Lagerfeld était d’organiser un défilé fantomatique d'un millier de soldats de la mode, alors il a trouvé l'endroit idéal à Singapour : Loewen Cluster, une caserne militaire désaffectée à quelques minutes à peine des gratte-ciels ultra modernes du centre-ville.

    Les anciens bâtiments noir et blanc ont été rénovés il y a plus de six mois et transformés en de longues galeries blanchies à la chaux, abritées du soleil tropical par des stores à lamelles noir et blanc. Le site a retrouvé une grande partie de son ancienne splendeur coloniale après un bon nettoyage tout en conservant un peu de sa patine passée sur les murs à la peinture écaillée et les plafonds en bois délabrés. C'est ce charme, ce romantisme et ces imperfections qui manquent souvent aux nouvelles constructions qui ont séduit Karl Lagerfeld et créé cette atmosphère.

    Le résultat était parfait. Le décor était posé pour que Karl Lagerfeld puisse faire défiler sur le podium l'armée de la mode de Chanel, ce 9 mai 2013.

    La collection Croisière est associée à une certaine douceur du climat, et le créateur a visé juste en choisissant Singapour connue pour ses températures tropicales et sa riche histoire coloniale. Il n'aurait pu trouver meilleur cadre ni meilleur lieu.

    Les précédentes collections Croisière de Chanel avaient été présentées en France, à Saint-Tropez, au Cap d'Antibes et à Versailles. Ce défilé devait marquer le lancement mondial de la collection croisière de Chanel à Singapour où les températures sont rarement basses, explique Bruno Pavlovsky, président des activités mode chez Chanel, et où le climat reste chaud d'octobre à juin, quand la collection est disponible en magasin.

    Cette collection tombe à point nommé pour fêter le centenaire de l'arrivée de Coco Chanel dans la mode avec l’ouverture de sa boutique à Deauville en 1913. Mêlant style colonial et chic façon Deauville, Karl Lagerfeld a élaboré plus de 80 looks aux contrastes surprenants. De larges pantalons palazzo précèdent des jupes fourreau ajustées. Quelques passages plus tard, ce sont les longs cardigans et les tuniques rayées façon marinière qui sont modernisés par des vestes courtes et des minirobes au crochet. Le denim est aussi présent, en toute élégance, tout comme les tenues de cricket : pulls à col en V bicolores, chemises impeccables, cravate, batte de cricket et protège-tibias aux couleurs de l'équipe de Singapour. Chanel marque des points.

    Les amoureux des silhouettes diaphanes emblématiques de Chanel ne sont pas déçus en découvrant les robes fourreau rehaussées de paille laquée noire et les robes richement brodées par Lesage de sequins bleus et de rangées de perles. Parmi les autres emblèmes de la maison Chanel, les robes en satin langoureuses et bien sûr, le tweed, cette fois-ci dans une version beige et bleu marine à maille ajourée qui convient parfaitement aux soirées tropicales. La délicate dentelle noire est doublée de popeline de coton et portée sur des pantalons blancs impeccables, en version masculine et féminine, pour un look androgyne.

    Les défilés Chanel sont toujours empreints d’une certaine magie, qui a opéré cette fois-ci grâce à la présence des ambassadrices de la maison comme Zhou Xun, Anna Mouglalis et Astrid Berges-Frisbey, des actrices Dakota Fanning et Rinko Kikuchi et des stars singapouriennes du petit écran, Zoe Tay et Fann Wong. Sur le podium ont défilé, pour le plus grand plaisir des spectateurs venus du monde entier, les sublimes Stella Tennant, Joan Smalls, Cara Delevingne et les mannequins chinois les plus célèbres comme Xiao Wen Ju, He Sui et Ming Xi. La collection croisière est importante pour la célèbre maison de couture française, tout particulièrement cette année, avec les 100 ans de la mode de Chanel créé à l'origine par Mademoiselle Coco Chanel elle-même en 1913.

    Pas étonnant que Karl Lagerfeld ait choisi de fêter l'évènement en réalisant un court-métrage sur Coco Chanel. Le film d’une quinzaine de minutes a été projeté, la veille du défilé, sur un grand écran posé sur les pelouses impeccables du Raffles Hotel, sous un ciel étoilé, le tout accompagné de l'incontournable cocktail Singapore Sling.

    Mettant en scène Keira Knightley dans le rôle de Coco Chanel et une pléiade d'acteurs tous aussi beaux les uns que les autres dans les rôles des clients et des médisants, le film qui se déroule en 1913 jette sur la mode et ses frivolités un regard léger et moqueur. Il est tourné en noir et blanc et met en vedette de magnifiques accessoires signés Chanel, bien entendu.Plus tôt, lors de la séance d'accessoirisation au Raffles Hotel, Karl Lagerfeld a mis sa touche finale aux tenues présentées lors de cet événement mondial.
    De multiples rangs de bracelets et de colliers à maillons en rhodium ajoutent une touche de modernité et un petit côté punk, tout à fait dans le ton de la très attendue soirée de la veille au Met de New York dont le thème était "Punk – from chaos to couture".

    Sous la direction de Karl Lagerfeld, les robes et pantalons Art Déco atypiques sont audacieusement modernisés, par une simple démarche assurée et une main dans la poche. "Mets ta main dans ta poche, et marche comme ça", indique le créateur à l'égérie des podiums Saskia De Brauw. Vêtue d'un gilet et d'un pantalon blancs sous une veste en tweed masculine, elle défile en toute décontraction, sa main droite tenant son sac blanc et sa main gauche fermement ancrée dans sa poche. Tout est dans l'allure, et s'il faut retenir une chose du passage de Karl Lagerfeld dans la cité asiatique, c'est celle-ci : la bonne attitude peut transformer une simple robe en un modèle résolument moderne et incontournable.

    Kenneth Goh, Directeur Artistique, Harper's Bazaar Singapour

    Photo par Olivier Saillant

    [plus]