• 24 avril 2015
    CHEF-D’ŒUVRE DU XXÈME SIÈCLE

    CHEF-D’ŒUVRE DU XXÈME SIÈCLE

    En 1923, Charles et Marie-Laure de Noailles choisissent Robert Mallet-Stevens pour concevoir, sur les hauteurs d’Hyères, une « maison infiniment pratique et simple où chaque chose serait combinée du seul point de vue de l’utilité », selon Charles de Noailles.
    Mondrian, Laurens, Lipchitz, Brancusi et Giacometti introduisent les œuvres d’art, Jourdain le mobilier, Guévrékian le jardin cubiste. En plus de formes nettes, structurées et de contrastes précis, la construction d’avant-garde, de style résolument moderne, illustre le mouvement rationaliste. Avec pas moins de 15 chambres, une piscine, un terrain de squash, les extensions qui courent jusqu’en 1933 la transforment en édifice de 1800m2 consacrant un nouvel art de vivre où corps et nature, en harmonie avec l’esprit, sont célébrés à l’unisson.

    Dans cette villégiature de rêve aux murs blancs, perle protégée par une végétation abondante, face à la Méditerranée et aux Iles d’Or, les Noailles invitent Dali, Gide, Breton, Artaud, Poulenc, Lifar, Huxley et la plupart des artistes majeurs émergents.
    Après la disparition de Marie-Laure en 1970, le rachat par la ville d’Hyères et les restaurations successives, la villa, aujourd’hui centre d’art et résidence pour artistes, célèbre les 30 ans de son Festival International de Mode et de Photographie.

    Cet anniversaire est l’occasion de revoir les lieux immortalisés par Karl Lagerfeld en 1995 dans une série de photographies noir et blanc.
    « Intemporellement moderne », « vulnérable comme l’instant », la villa Noailles apparaît vide, altérée par le temps et pourtant toujours imprégnée de près d’un siècle de rencontres et de créations artistiques. L’image fige la poésie du décor, anoblit les marques du temps et, au-delà d’une réalité qui parfois l’entrave, éveille l’imaginaire.

    Sophie Brauner

    Photos par Karl Lagerfeld

  • 24 avril 2015
    DEUX INSOUMISES, <BR />FIGURES DE LA MODERNITÉ

    DEUX INSOUMISES,
    FIGURES DE LA MODERNITÉ

    Au début des années 1930, c’est une Coco Chanel « prodigieusement intelligente » que décrit Francis Poulenc à Marie-Laure de Noailles, avant que les deux femmes ne se rencontrent, enfin. De vivacité d’esprit, Marie-Laure n’en manque pas et ce point commun avec la créatrice n’est pas le seul.

    Fiction et vérité dessinent leur enfance. L’une, Gabrielle, masque la tristesse de ses premières années et invente une légende. L’autre grandit, solitaire, dans un milieu cultivé et luxueux, vide de tendresse. Issue de l’aristocratie française, dont le sulfureux marquis de Sade, et d’une famille de banquiers allemands, elle est très influencée par la Comtesse de Chevigné, son extravagante grand-mère, l’une des inspiratrices du personnage de Madame de Guermantes.



    Tout autant que Gabrielle, Marie-Laure est guidée par son sens artistique. L’hôtel particulier parisien qu’elle occupe après son mariage abrite déjà une très importante collection d'œuvres d'art, de Delacroix à Rembrandt en passant par Goya ou Rubens. Puis le couple confie à Jean-Michel Frank la décoration de son intérieur. Parchemin, paille, mobilier rare, nudité des lieux aux dimensions monacales, l’originalité des matériaux répond aux formes pures.
    Cette austérité coïncide avec la propre esthétique de Marie-Laure qui s’habille alors en tailleurs Chanel dont elle possède 40 versions, la plupart en noir, rapporte l’abbé Mugnier.

    En perpétuelle quête de l’épure, Chanel la créatrice privilégie l’harmonie des lignes, la simplification du vêtement et libère le mouvement. Associant le beau à l’utile, elle définit une nouvelle modernité.

    Insoumise et non conformiste comme Coco, Marie-Laure aime la provocation. En 1932, parmi les premières à adopter les bijoux en diamants que Gabrielle présente audacieusement pour mieux «combattre la crise», elle pose dans Vogue avec un clip en plumes scintillantes.

    Chanel transforme la mode, Marie-Laure, muse et mécène puis peintre et écrivain, marque l’histoire de l’art. Charles et sa femme sont collectionneurs des œuvres de Braque, Picasso, Balthus, Mondrian, Giacometti ou Man Ray. Ils invitent le tout-Paris et cultivent leur intuition à découvrir de nouveaux talents, notamment surréalistes. Ils financent des projets cinématographiques, soutiennent Markevitch, Poulenc ou Stravinsky…

    En mécène plus discrète, c’est Gabrielle Chanel qui a abrité le compositeur russe et sa famille dans sa villa de Garches. Dès 1924, elle crée les costumes du Train bleu, ballet de Diaghilev aux décors peints par Picasso, ceux de plusieurs pièces de théâtre et d’un film de Renoir. Elle est proche des poètes et des mêmes artistes d’avant-garde, de Dali, Nijinski, Visconti. Coco partage jusqu’à l’amitié de Cocteau dont Marie-Laure est éprise toute sa vie... La seconde est une éternelle amoureuse, quand la première, au destin solitaire malgré de grandes passions, avouera que sans amour, une femme n’est rien.

    Sophie Brauner

    Marie-Laure de Noailles © Henri Martinie / Roger-Viollet

    [plus]
  • 23 avril 2015

    30ÈME FESTIVAL INTERNATIONAL DE MODE & DE PHOTOGRAPHIE À HYÈRES

    Pour son édition 2015, le Festival accueille la Maison Chanel en tant qu’invitée d’honneur, avec Karl Lagerfeld comme Directeur artistique, Virginie Viard, Présidente du jury mode et Eric Pfrunder, Président du jury photographie.

    À partir de jeudi 23 avril, place à cinq jours de conférences, débats, ateliers, tables rondes et expositions ouverts aux professionnels comme aux étudiants et au grand public.

    En marge des événements, deux concours associent dix créateurs de mode et autant de photographes sélectionnés par un jury composé de personnalités et de spécialistes éminents des deux disciplines. La désignation des lauréats et la remise des prix auront lieu dimanche 26 avril.

  • 15 avril 2015
    LE GIRL CHANEL <BR />SAM, PARIS

    LE GIRL CHANEL
    SAM, PARIS

    Le sac "Girl Chanel" de la collection Prêt-à-Porter Printemps-Été 2015.

  • 07 avril 2015

    CAMPAGNE LUNETTES PRINTEMPS-ÉTÉ

    Kristen Stewart est le visage de la dernière campagne lunettes photographiée par Karl Lagerfeld.

  • 07 avril 2015
    KRISTEN STEWART <BR />MAKING OF DE LA CAMPAGNE LUNETTES

    KRISTEN STEWART
    MAKING OF DE LA CAMPAGNE LUNETTES

  • 01 avril 2015

    LES INVITÉS

    Présentation de la collection Paris-Salzburg, New York

  • 01 avril 2015
    PARIS-SALZBURG À NEW YORK <BR />LE FILM

    PARIS-SALZBURG À NEW YORK
    LE FILM

  • 01 avril 2015
    CONCERT PRIVÉ

    CONCERT PRIVÉ

    La soirée Paris-Salzburg s’est close par un concert privé de Pharrell Williams. Rejoint sur scène par Cara Delevingne, elle aussi égérie de la collection Paris‑Salzburg, ils ont interprété ensemble "CC the World".

  • 31 mars 2015
    LE DÉFILÉ

    LE DÉFILÉ

    Présentation de la collection Paris-Salzburg, New York

    Photo par Olivier Saillant

  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. ...
  5. 21
  6. Page suivante